Au revoir Domi !

+3

Mardi dernier, le monde ovale perdait l'un de ses plus talentueux représentant. Christophe Dominici s'est éteint à l'âge de 48 ans dans des circonstances assez étranges. En effet les causes de sa mort n'ont pu encore être élucidées. Ayant commencé sa carrière aux balbutiements du rugby professionnel, Dominici marquera durant 17 ans la planète ovalie. Revenons sur la carrière de ce génie du rugby français.

Né en 1972, le joueur sera traumatisé par la mort de sa sœur dans un accident de voiture alors que celui-ci n'a que 14 ans. Tout d'abord porté par le football, Dominici ne débutera le rugby qu'à 17 ans à Solliès-Pont.

En 1991, il rejoint le RC La Valette qu'il quittera deux ans plus tard pour le RC Toulon. L'ailier restera 4 ans sur la Rade sans remplir son armoire à trophée et rejoindra le Stade français en 1997. À sa première année dans le club de la capitale, le natif de Toulon remportera son premier Brennus. Quatre autres suivront en 2000, 2003, 2004 et 2007. Sélectionné à partir de 1998 en équipe de France par le sélectionneur Bernad Laporte, il participera à la fameuse Coupe du monde 1999 où il marquera un essai en défiant les lois de la gravité en demi-finale face aux Blacks de Jonah Lomu. Malheureusement, les Bleus échoueront en finale contre l'Australie mais cette demi-finale remportée 43 à 31 marque encore les esprits. Dominici participera également aux Coupes du monde de 2003 et 2007 que l'équipe de France finira toutes deux à la quatrième place. À la fin de la Coupe du monde 2007, Dominici annoncera sa retraite internationale puis un an plus tard sa retraite professionnelle.

Sa carrière fantastique comptant 67 sélections en bleus pour 25 essais et 4 Tournois auxquels s'ajoutent 5 titres de champion de France avec le Stade français est reconnu par tous et lui a valu l'oscar d'or du Midi-Olympique en 2000 ainsi que celui d'argent en 1999 et 2005.

Après sa retraite, il commença une carrière d'entraîneur puis fut consultant pour différentes chaînes de télévision.

Sa dernière grande entreprise fut de porter le rachat du mythique club de Béziers, 11 fois champion de France, par des investisseurs Émiratis alors que le club stagnait en ProD2. Le refus de ce projet est fortement marquant pour Christophe et on ne sait s'il est la cause du décès du joueur.

Ayant marqué toute une génération de rugbyman, Christophe a été un joueur hors-norme durant sa carrière et son décès, aussi brutal qu'inattendu endeuille bien tristement notre sport.

+3
Niveau 51
29 nov 2020
Très bon blog, bien que triste, au vu de l'évènement relaté.

N'étant moi-même pas vraiment fan de rugby (ce qui est relativement rare pour quelqu'un vivant dans les Pyrénées Orientales...), je n'ai pas été très affecté par la mort de ce jour dont j'avais pourtant entendu parler, malgré mes connaissances en rugby très limitées (notamment de l'essai durant la demi-finale de 1999). Mais on ressent vraiment au travers de ces lignes votre passion pour ce sport. Très bel effort d'écriture!

Pour ma part, mon sport de prédilection est endeuillé par la mort de Jacques Secrétin.

Comme quoi, cela ne va pas fort pour les légendes du sport, en ce moment...

+2
Niveau 2
29 nov 2020
I never heard about Domi, but, I’m sorry. 😪